• ₪Critique du film A l’ouest de Pluton

    Jacques Pelissier, programmateur

          

  • Ce portrait finement troussé d’un
    groupe d’adolescent nous vient du
    Québec. Dans une banlieue américaine
    ordinaire, c’est à dire peuplée de
    classes moyennes (et non de classes pauvres
    comme en France), À l’ouest de Pluton nous
    propose de suivre, pendant vingt-quatre
    heures, la vie d’un groupe d’ado. C’est l’heure
    où tout se joue : premiers amours, premiers
    engagements, premières déceptions mais
    aussi formation du moi face au groupe, ou
    encore confrontation des rêves à la réalité...
    Ces adolescents ont un univers : leur petite
    banlieue, le film établit pertinemment ses
    frontières aux limites de celle-ci. “Quasi”
    unité de lieu donc, unité de temps, mais multiplicité
    des trajectoires et des expériences.
    Au final, cette fiction s’avère une belle surprise,
    drôle et sensible. Offrant de multiples
    pistes de lectures, elle mériterait aussi une
    sortie dans les salles françaises !

    Retour à la fiche descriptive de ce film

retour à la grille horaire

  • Les Ceméa coordonnent l’organisation du Festival,
    animé par un comité de pilotage des partenaires locaux et nationaux.
En partenariat
Avec le soutien de
Avec la participation de
Avec le parrainage