• ₪Un bilan du Festival du film d’éducation 2010

          

  • La septième édition du Festival du film d’éducation est déjà lancée dans sa préparation. Nous
    ferons le point lors du prochain Comité d’orientation sur quelques nouvelles impulsions que nous
    souhaitons donner. Mais revenons sur cette sixième édition et quelques éléments de bilan.

  • - Un premier élément, particulièrement important, c’est le succès renforcé en terme de
    participation tout au long des 4 jours de festival. Des salles combles (5 300 entrées/spectateurs),
    nous avons dû refuser à plusieurs reprises des spectateurs, et les orienter vers une autre séance
    ou au dernier moment, le samedi par exemple, occuper une salle plus grande…

    Qui sont les spectateurs et les publics du festival ? Un peu plus de la moitié viennent du
    département de l’Eure, environ 20 à 23 % de la Seine-Maritime, 20 à 22 % de toute la France y
    compris des départements d’outre-mer (Guyane, Guadeloupe et Réunion). Un public jeune, 50 %
    ont moins de 25 ans… Un public très divers, parents, citoyens, lycéens, jeunes en formation,
    enseignants, éducateurs, acteurs sociaux, élus et militants associatifs.
    Ceci est le résultat de l’ancrage à la fois territorial et national du festival, voire international
    (présence de plusieurs personnes de Belgique, du Canada, du Mexique…).

    - La programmation, cette année, s’est ouverte à des regards venant de différents continents ou
    espaces culturels, enrichissant les débats et échanges. Nous y avons trouvé des films très divers,
    des premières écritures, une authenticité dans ces recueils de paroles singulières, auprès des
    publics qui sont trop souvent dans l’ombre. Des films ont provoqué des débats et permis
    d’approfondir réflexions et représentations… Toujours sur des enjeux de citoyenneté, d’ouverture
    aux autres, à travers des histoires d’éducation, c’est-à-dire des situations où l’on voit des
    « personnages » évoluer, se transformer dans des situations données, « grandir » en compétence,
    en personnalité, en ancrage social, en ouverture culturelle…

    - Des innovations seront en 2011 à approfondir et développer : le premier regard sur des écritures
    hypermédias et des contextes de diffusion différents, notamment à travers la plate-forme web-tv,
    proposée en partenariat avec la Direction Actions éducatives de France Télévisions (Curiosphère).
    Cette « première » a eu un écho important, nous souhaitons en élargir la durée en 2011.
    Cette sixième édition a vu un élargissement des publics, dans une logique partenariale forte et un
    travail tout au long de l’année, mobilisation des parents et des familles en lien avec les quartiers,
    séance pour les enfants des centres de loisirs, deux projections à la maison d’arrêt de Rouen en
    présence des réalisateurs, master classe avec près d’une centaine de lycéens d’Evreux… Sans
    oublier l’accueil de jeunes futurs professionnels de l’école nationale de la PJJ de Roubaix, de
    l’Institut du développement social, d’animateurs en formation…
    Merci encore à tous les partenaires pour leur implication et soutien, merci à tous les
    réalisateurs(trices), aux membres des groupes qui accompagnent ce festival et merci à tous les
    militants, bénévoles qui, du Comité de sélection des films à l’organisation de l’accueil pendant 4
    jours à Evreux, font avec le public, le succès de ce festival et de ses manifestations décentralisées
    dans toute la France.

    Au nom de toute l’équipe du festival,

    Christian Gautellier, Directeur du Festival

  • Voir les prix de l’Edition 2010

retour à la grille horaire

  • Les Ceméa coordonnent l’organisation du Festival,
    animé par un comité de pilotage des partenaires locaux et nationaux.
En partenariat
Avec le soutien de
Avec la participation de
Avec le parrainage