• ₪Toujours élargir les publics :

          

  • Le public « jeunes »

    Cette année, le mercredi 17 novembre sera consacré au jeune public, avec une séance de projection le
    mercredi matin pour les enfants de 7 à 11 ans des structures de loisirs. Les animateurs de ces structures
    visionneront les films en amont afin de se former et d’accompagner au mieux les enfants autour d’une
    préparation sensible avant la projection et d’un retour suite à la projection.

    Initier en 2009, les « Rencontres jeunesses » permettront de projeter des films réalisés par des jeunes de 11 à
    18 ans le mercredi 17 novembre après-midi, avant l’ouverture officielle. Cette année un appel à films sur le
    thème « les jeunes et les médias » a été lancé dans toutes les structures de loisirs, les établissements
    scolaires et les structures PJJ.
    D’ores et déjà, 12 structures se sont inscrites. Les jeunes pourront ainsi présenter leur projet et échanger avec
    la salle. Ils auront également l’occasion de pratiquer des activités d’éducation à l’image (plateau TV,
    vidéomathon, rencontre avec un réalisateur…).

    Les familles

    Des rencontres avant le festival sont également en construction auprès d’adolescents et de familles. Ces
    rencontres permettent d’échanger autour d’un film dans un lieu de proximité et de soulever des
    questionnements. Ces rencontres sont des liens importants entre une manifestation culturelle et des citoyens
    parfois éloignés de ces débats. Elles s’inscrivent dans une dynamique de projet avec les structures qui nous
    accueillent, dynamique avant tout autour d’oeuvres cinématographiques et de l’expression de chacun.

    Les jeunes de la classe préparatoire intégrée de l’Ecole nationale de la PJJ

    Le partenariat de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) avec les Ceméa sur le festival entrait dans sa
    5ème année d’existence. Pour la première fois, il s’est déployé du côté de Roubaix. En effet, l’Ecole nationale
    de la PJJ située dans cette ville est devenue un acteur important au sein du partenariat PJJ/Ceméa à travers
    un travail mené avec des jeunes en formation en amont, pendant et après le festival. Ce partenariat est
    renforcé pour la 6ème édition au regard de la très belle réussite du projet conduit en 2009.
    Voici le témoignage du formateur référent de ce projet au sein de l’Ecole nationale de la PJJ :

    « Le festival d’ÉVREUX : Culture, cinéma et éducation… Un tourbillon de bonheurs durant 3 jours et demi !
    Une occasion rare pour la classe préparatoire intégrée (CPI) de l’école nationale de la PJJ de partir à la
    rencontre de l’Éducation par des chemins inhabituels. La CPI est un dispositif de formation qui permet à 25
    élèves qui disposent des pré-requis pour passer le concours d’éducateurs mais évoluent dans des conditions
    défavorables de préparer sereinement ce concours en bénéficiant de l’hébergement, de la formation et des
    repas gratuits pendant cinq mois.
    Tout d’abord, les tables rondes du début de matinée, avec pour thème cette année en 2009 « Cultures et
    mixités, d’hier et d’aujourd’hui. Différences ou égalités ? Mixités, métissages, identités… menacés ? »
    Richesse des témoignages et des débats : oui, l’éducation est une question citoyenne quels que soient notre
    âge, nos origines, nos cultures et que les élèves de la CPI, futurs éducateurs, agents de l’État, vont avoir à
    porter et à défendre…
    Avant la découverte des 20 films en compétition, issus d’une programmation éclectique qui les a promenés sur
    presque tous les continents, faits porter le regard de l’enfance à la vieillesse sur cette transmission, cet
    accompagnement à la vie et aux valeurs humanistes.
    Mis aussi en posture de Jury, ils se sont piqués au jeu, ont approché des dizaines de festivaliers, osant la
    rencontre avec l’Autre, dans une communauté d’échanges si riches, si jubilatoires.
    Et le public fan de « Twilight » a été percuté par la projection d’« Harold et Maud » ou a vibré et plébiscité,
    comme le « Jury jeunes », « Je veux apprendre la France » et pu rencontrer le soir de la remise des prix,
    l’enseignante du film dont la vie professionnelle est entièrement tournée vers l’accueil et la transmission de
    notre langue. Toucher du doigt, du regard, d’un sourire de belles personnes, de belles valeurs. Un moment
    inoubliable de la préparation au concours !
     »

retour à la grille horaire

  • Les Ceméa coordonnent l’organisation du Festival,
    animé par un comité de pilotage des partenaires locaux et nationaux.
En partenariat
Avec le soutien de
Avec la participation de
Avec le parrainage